Formulaire d’identification d’une météorite potentielle

* : Champs requis

Vous pensez avoir trouvé une météorite ? Bienvenue sur le formulaire de demande d'expertise de votre pierre. Le Muséum national d'Histoire naturelle attache la plus grande importance à l’enrichissement du patrimoine météoritique français, et, à ce titre, il se prête à l’expertise de météorites potentielles découvertes par des particuliers.

Coordonnées
1. Questions préliminaires
Répondez aux questions ci-dessous avec tous les détails qui vous semblent pertinents. Elles doivent permettre de déceler les fausses météorites les plus courantes : déchets de fonderie, éclat d'obus, concrétions minérales (marcassites, oxydes de fer), basaltes...
Une météorite fraichement tombée est généralement recouverte tout ou partie d’une mince pellicule lisse, souvent noire, reliquat de sa fusion superficielle lors de sa traversée atmosphérique. Elle peut être craquelée et receler des « traces de pouce » (regmaglyptes). À ne pas confondre avec la patine du désert.
Beaucoup de météorites sont plus denses que les roches habituelles de la croûte terrestre à cause de leur teneur en métal (cf question suivante) ; seules les achondrites (8 % d’entre elles) sont à excepter.
Certaines météorites sont à peu près entièrement constituées de fer-nickel. La majorité (85 % ; les chondrites) en contiennent sous forme de grains submillimétriques disséminés dans la masse. Seules les achondrites en sont dépourvues. Le métal peut être plus ou moins rouillé par suite du séjour terrestre. Il peut se manifester par une aimantation qu’on peut parfois déceler avec une boussole (dont l’aiguille sera déviée si on fait passer la pierre à proximité), mais on s’abstiendra d’utiliser un aimant ordinaire pour ne pas perturber les propriétés magnétiques d’une météorite potentielle.
Il est extrêmement rare pour une météorite de présenter des vésicules. Cela est au contraire caractéristique des scories terrestres.
2. Informations complémentaires
Expliquez ici en quelques lignes les circonstances de la découverte de votre pierre (date, lieu), en quoi elle diffère des roches des environs, et toute autre information qui peuvent vous laisser penser qu’il s’agit d’une météorite (observation éventuelle de la chute etc.).
Pièces-jointes
Joignez une ou plusieurs photographies de votre pierre (globale, différentes orientations, détail). Une échelle (par exemple avec une règle) est indispensable. Les photos doivent être prises à la lumière du jour et parfaitement nettes. Utilisez un appareil photographique plutôt qu’un téléphone.

Vous pouvez également nous faire parvenir un échantillon de votre pierre si vous optez pour un envoi postal. Si vous en souhaitez la restitution finale, prévoir les frais d’affranchissement pour le retour.

Adresse postale :
Référent expertise des météorites
Muséum national d’Histoire naturelle
CP 52
57 rue Cuvier
75005 Paris